Réponses de professionnels de la généalogie

Réponses de Pros

La Chambre des Généalogistes Professionnels, partenaire de HeredisNotre partenaire : la Chambre des Généalogistes Professionnels

Un généalogiste familial, membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels, vous conseille sur la manière de résoudre un problème que vous avez déjà rencontré ou que vous êtes susceptible de rencontrer au cours de vos recherches, et dans votre généalogie. Seules les questions ayant un réel intérêt général sont traitées. Pour les cas personnels, veuillez vous adresser directement aux généalogistes professionnels depuis leur site Internet, ils vous établiront un devis.
» Consulter l'annuaire de la CGP

Rechercher dans les réponses des Pros

La zone de recherche Mot clé porte sur l'ensemble des informations contenues dans les questions et les réponses. Vous pouvez interroger sur un mot simple (cimetière, contrat, naturalisation...), sur un nom de famille (Chaumard, Cagnon, Leduc...), ou sur un nom géographique (Luxembourg, Italie, Paris, Marseille...).

Vous pouvez également rechercher les réponses par Professionnel : choisissez un des membres de la CGP dans la liste pour limiter l'affichage à ses réponses ou bien sélectionnez Tous les auteurs.
Cliquez sur le bouton Rechercher pour lancer la recherche.



Patronyme féminin septembre 2011

Question de Jean-Louis Arsac :

La recherche d'un personnage féminin doit-elle porter sur le nom d'épouse ou sur le nom de jeune fille ?

Merci d'avance.

Réponse du professionnel :

Les recherches se font en général sur le nom de jeune fille, mais il est toujours préférable de travailler sur les deux noms.

Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Héritage juillet 2011

Question de Nicole Benneton :

Mon Arrière arrière-grand-père est décédé en 1902, veuf, il avait eu 3 filles.

Mon arrière grand-mère décédée avant lui, en 1889, laissant son mari et deux enfants. Seules les deux filles lui survivant ont hérité.

Aujourd'hui les enfants hériteraient de la part de leur mère, la loi était-elle différente à cette époque ? A-t-elle été déshéritée? Est-ce que c'était possible? Comment savoir ? 

Réponse du professionnel :

En principe en effet, les petits-enfants de votre arrière-arrière-grand-père auraient dû hériter en représentation de leur mère prédécédée (loi du 19 avril 1803, promulguée le 29 avril 1803, dont les dispositions ont été intégrées au Code civil). Êtes-vous sûre que cela n’a pas été le cas ?

Il faudrait consulter les documents relatifs à cette succession conservés aux archives départementales concernées (tables de décès et succession, acte notariés établis à cette occasion).

Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Maîtresse de Louis XV juillet 2011

Question de Jean-Louis Duclos :

Je recherche de la documentation sur Mme ou Mlle ROBERT ou DE ROBERT

Maitresse de Louis XV et ayant fait partie des demoiselles du Parc au Cerf.

Cette personne faisant certainement partie de la famille, mais à part un pastel d’elle fait à un moment de sa vie je n’arrive pas à trouver d’autres renseignements. 

Réponse du professionnel :

Avez-vous recherché dans les fonds des Archives nationales et aux archives de Versailles auquel le Parc au Cerf était rattaché ?

Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Acte de mariage juillet 2011

Question de André Soret :

Sur l'acte de mariage de mon aïeul SORET François

1) Le 4ieme juillet 1713 après que les fiançailles ont été célébrées et les bans publiés dans cette église et en l'absence de non publication dans la paroisse de st Quentin les Chardonnets (61), diocèse de Bayeux obtenue de Mr le vicaire gal Derlon date du 18 mois de juin dernier ont été solennellement mariés SORET François et Nicolle LELONG. 

Les parents de l'épouse figurent sur l'acte ,mais pas les noms des parents de François ?

2) Sur l'acte de décès de Soret François le 20/02/1752 à Corbeny (02), il était âgé de 72 ans, ce qui suppose sa naissance en 1680. 

3) Aux AD de l'Orne, les registres paroissiaux sont lacunaires 

- j'ai remonté les dates une par une de 1654 à1685 St Quentin les Chardonnets,

- j'ai téléphoné à Bayeux ils n'ont plus rien,

- j'ai téléphoné à la mairie de St Quentin les Chardonnets tout est aux AD de l'Orne,

- j'ai  téléphoné aussi au diocèse de Soissons au cas où

- j'ai regardé dans les villes voisines

Sans les noms des parents je suis perdu, que faire dans pareil cas ? Une aide, un conseil seraient bienvenus. 

Réponse du professionnel :

Il faudrait voir un possible contrat de mariage, mais également des actes concernant les frères ou soeurs ou autres filiations dans les paroisses, et les successions.

Sophie Dubois
Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Recherche juillet 2011

Question de Henry Blanc :

Je n'arrive pas à trouver trace de Jean Antoine Blanc né à Rocher, Ardèche le 14 03 1821 qui fut médecin vétérinaire à Paris 227 rue de Charenton. Comment trouver sa descendance je ne connais pas sa date de décès. 

Réponse du professionnel :

Dans quels fonds avez-vous cherché ? Vous pouvez peut-être retrouver sa trace dans les annuaires et bottins de l’époque qui ne recensaient pas que les commerçants. Les archives relatives à son parcours professionnel, de ses études à la fin de sa carrière, peuvent vous aussi aider à savoir quand il  a cessé d’exercer et vous mettre ainsi sur la piste de la période de son décès.

Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

L’an 800 juillet 2011

Question de Robert Bretagne :

Dans beaucoup de paroisses où j'effectue mes recherches (dans l'Yonne), le début des registres paroissiaux commence vers 1675 pour les mariages, vers 1600 pour les naissances et parfois les sépultures, dans le meilleur des cas.

Avec mon patronyme (BRETAGNE, DEBRETAGNE, de BRETAGNE) je trouve sur certains sites (exemple : Geneanet) des généalogies publiées qui remontent à l'an 800 et même au-delà !

Comment ces infos ont-elles été trouvées et sont-elles fiables ?

Réponse du professionnel :

C’est le gros problème des généalogies de geneanet : outre le fait que chacun copie la généalogie de l’autre sans rien vérifier, on constate que certaines personnes relient leur plus lointain ancêtre connu (grâce aux archives paroissiales) à des écuyers ou nobles du même nom ayant vécu quelques siècles auparavant sans mentionner aucun prénom, aucune date etc. mais en mettant des croix sur plusieurs générations ! D’autres encore s’appuient sur des généalogies de complaisance établies aux siècles derniers et qui ne peuvent être vérifiées. Enfin, les généalogies qui remontent à Charlemagne passent par un grand nombre de naissances naturelles invérifiables.

Annie Bouyer-Giroux
Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Disparition juillet 2011

Question de Maguy Laporte :

Je recherche depuis plusieurs années ma grand-mère BOUTILLIER Julie Flore Marie dans les archives en ligne  de Senlis (60) elle y est recensée jusqu'en 1931. En 1936, elle n'y est plus mais mon grand-père y est, sur un acte de mariage de l'un de ses fils il y est noté qu'elle est "disparue" que veux dire ce terme ? J'ai recherché son décès dans plusieurs villages alentour, même dans son village de naissance, elle n’y est nulle part ?

Réponse du professionnel :

Ces disparitions sont plus courantes chez les hommes que chez les femmes. Il arrivait pourtant quelquefois que certaines femmes « osent » quitter leur foyer. Leur famille restait sans nouvelles et comme souvent elles ne possédaient pas de papiers d’identité ou ne révélaient pas leur nom, elles ont pu mourir sous un autre nom ou comme« inconnues »

Annie Bouyer-Giroux
Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

« Dit grippilion » juillet 2011

Question de Chrisitane Montdidier :

Le nom de famille "BERNARD" est très fréquent dans le département de l'Ain quelquefois il est suivi de "dit grippillion" en ce qui concerne je crois mes ancêtres. Cependant, cela est très irrégulier. J'aimerais savoir si cela était déclaré officiellement ou non, ce qui expliquerait ce manque de rigueur dans la dénomination d'une seule et même personne. J'espère que ma question est suffisamment claire. Merci de votre réponse.

Réponse du professionnel :

Dans certaines régions de France, on différenciait les homonymes en leur donnant des surnoms, sous l’Ancien Régime  mais rien n’était déclaré officiellement. C’était un usage d’où l’irrégularité que vous soulignez.

Annie Bouyer-Giroux
Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Nom de famille juillet 2011

Question de Guy Dennery :

Que faut-il retenir lorsque la signature est différente du patronyme mentionné en marge ? Je dispose d’un acte concernant un « Denery ». Dans le même acte le déclarant signe « Dennery » (avec deux N), qui est d’ailleurs resté le nom d’usage. Quelle orthographe prime, celle qu’a utilisée l’officier de l’État civil dans le corps du texte et/ou en marge, ou celle du déclarant signataire de l’acte ? Merci pour votre réponse. 

Réponse du professionnel :

Difficile d’apporter une réponse plus précise à cette question qu’à celle du mois dernier. Vous pouvez soit ne prendre qu’une orthographe, celle toujours en usage, soit écrire toutes les orthographes que vous trouverez dans les actes relevés en établissant une équivalence de noms avec votre logiciel.

Annie Bouyer-Giroux
Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels

Acte de mariage, Alger juillet 2011

Question de André Melia :

Est ce qu'il est possible, de retrouver un acte de mariage, qui a été établi chez Maître Favereau, NOTAIRE à Alger en 1877, et comment procéder.

Réponse du professionnel :

Les archives des notaires d’Algérie sont semble-t-il restées sur place et n’ont pas été microfilmées.

Membre de la Chambre des Généalogistes Professionnels