Comprendre la généalogie

La numérotation Sosa-Stradonitz

Cette méthode de numérotation des ancêtres, définie par Jérôme de Sosa et Stephan Kekule von Stradonitz au XIXe siècle, permet de repérer, par le numéro qui lui est attribué, le sexe et la position d'un individu dans l'ascendance en ligne directe (ne concerne pas les collatéraux). Les trois règles de base de la numérotation Sosa-Stradonitz sont les suivantes    :

  • On attribue à tous les hommes un numéro pair, à toutes les femmes un numéro impair.

  • Dans chaque couple, le numéro de la femme correspond au numéro de l'homme plus 1.

  • On attribue à chaque père un numéro équivalant au double de celui de son enfant.

L'individu dont on étudie l'ascendance porte le n° 1 (quel que soit le sexe). Il est appelé le de-cujus.

  • Son père porte le n° 2 (le double), sa mère le n° 3 (le n° 2 + 1).

  • Son grand-père paternel porte le n° 4 (le double du n° 2), sa grand-mère paternelle le n° 5 (le n° 4 + 1).

  • Son grand-père maternel porte le n° 6 (le double du n° 3), sa grand-mère maternelle le n° 7 (le n° 6 + 1) etc....

Ainsi, chaque ancêtre est repéré grâce à son numéro : le n° 598 est un homme (pair). Il est l'époux du n° 599 (n° 598 + 1) et le père du n° 299.

Le n° 299 est une femme (impair), elle-même mère du n° 149 (soit 299 - 1 : 2) etc...

Numérotation Sosa-stradonitz - généalogie